https://sciences-techniques.univ-nantes.fr/medias/photo/ai-hackathon-vignette_1583939856884-jpg
  • Le 11 mars 2020
    false false

Les 25 et 26 février dernier, l’Ambassade du Royaume-Uni en France accueillait à Paris des étudiants issus de quatre universités européennes à l’occasion du F’AI’R Education Hackathon (AI for the Common Good). L’objectif pour les participants était de développer une intelligence artificielle œuvrant dans le domaine de la santé, de l’éducation et du partage des connaissances. Après des épreuves de qualification ayant mobilisé plus de 250 étudiants de Londres, Osnabrück, Ljubljana et Nantes, dix équipes ont finalement concouru lors de l’événement, dont deux issues de l’Université de Nantes.
 

Deux équipes nantaises lauréates

Trois étudiants en sciences, Aniss Bentebib, Camille-Amaury Juge et Vincent Kowalski ont remporté le premier prix avec Goka, un enseignant virtuel capable de répondre aux questions des étudiants, de leur proposer des ressources éducatives libres mais aussi d'intégrer des communautés d'apprenants dans plus d'une centaine de langues.
 
De gauche à droite : Aniss Bentebib, l’ambassadeur britannique à Paris Ed Llewellyn, Camille-Amaury Juge et Vincent Kowalski
De gauche à droite : Aniss Bentebib, l’ambassadeur britannique à Paris Lord Llewellyn, Camille-Amaury Juge et Vincent Kowalski
 
Mohamed Reda Marzouk, Sofiane Elguendouze et Timothée Poulain, stagiaires au Laboratoire des sciences du numérique de Nantes (LS2N) se sont également distingués en remportant la 3ème place et le prix « Wow ». Leur solution proposait à l’apprenant de détecter automatiquement la difficulté d'un cours, d'évaluer automatiquement sa compréhension et de lui proposer des mentors adaptés.

Les deux équipes étaient accompagnées dans leur travail par Colin de la Higuera, Victor Connes et Walid Ben Romdhane, également membres du LS2N.
 
Les lauréats nantais du Hackathon F’AI’R Education  et leurs mentors

Les deux projets s’inscrivent dans les ambitions de la chaire UNESCO Ressources éducatives libres, qui a contribué financièrement à leur participation. Portée par l’Université de Nantes et sa Fondation, la chaire a pour objectifs de :
  • fédérer et permettre des activités de recherche scientifique interdisciplinaire,
  • développer des outils permettant un partage des connaissances de qualité,
  • coopérer avec des chercheurs du monde entier sur ces questions.