https://sciences-techniques.univ-nantes.fr/medias/photo/xenon_1588160221035-jpg
  • Le 29 avril 2020
    false false

Des chercheurs du laboratoire SUBATECH (Université de Nantes - Institut Mines-Télécom Atlantique - CNRS) ont développé une nouvelle technique d'imagerie médicale à partir du xénon, un gaz rare habituellement utilisé dans la détection de la matière noire. Ce futur scanner - qui pourrait voir le jour à l’horizon 2025 - permettrait un examen plus précis des patients.

XémisBaptisé "Xémis", le projet de recherche s’appuie sur les travaux de recherche menés par le laboratoire sur l’un des grands mystères de l’Univers : la matière noire. Internationalement reconnus pour leur expertise dans le domaine, les chercheurs nantais de SUBATECH ont eu l’idée de "détourner" l’utilisation du xénon à l’état liquide - utilisé pour détecter la matière noire - pour développer une nouvelle technique d’imagerie totalement innovante.

Concrètement, cette nouvelle technique d’imagerie se présente comme une grande baignoire dont les parois de 12 cm sont remplies de xénon. Grâce aux propriétés très particulières de ce gaz rare, le scanner offrira de multiples avantages, à commencer par une meilleure précision du diagnostic et du suivi thérapeutique pratiqué en cancérologie. La durée du scannage devrait aussi être plus courte, permettant de réaliser plus d’examens quotidiennement pour un patient.

Actuellement en développement, le projet va prochainement rentrer dans une phase d’essai. Un premier prototype sera installé au CHU de Nantes avant le début des premiers tests. Un scanner à l’échelle de l’homme pourrait voir le jour à l’horizon 2025-2026.

Crédit photo : Laboratoire SUBATECH