https://sciences-techniques.univ-nantes.fr/medias/photo/visuel-map-i-twitter_1621947727595-jpg
  • 02 juin 2021 > 20 septembre 2021
    Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes
    false false

"Noir comme Vénus", est une exposition de l'artiste plasticienne, Sophie Keraudren-Hartenberger. Cette exposition nous invite à abandonner notre regard à de nouveaux espaces, de nouveaux prismes de couleurs. L'exposition rapporte des images fugitives de cette planète à la composition encore peu connue, révélant une nouvelle physique aux multiples dimensions géométriques et sensibles. Le visiteur est ainsi accueilli dans une salle noire habitée d’images et de sculptures, faisant écho aux Chambres des Merveilles ainsi nommées par l’historienne Patricia Falguières, témoignant des croisements entre l’art et la science.

Diplômée en 2016 de L’École des Beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire, Sophie Keraudren-Hartenberger envisage le Plomb et la Galène, sa forme minérale brute, comme une figure métaphore du voyage dans l’infiniment grand et l’infiniment petit. Entre la profondeur et la distance, dans le néant auquel est réduit le paysage, aussi bien par les éléments qui le composent que par sa température, à la frontière du visible et de l'invisible.
La recherche conduite par Sophie Keraudren-Hartenberger sur la matière et les matériaux, sur la pellicule qui les sublime, au sens alchimique du terme, nous offre d’infinies perspectives.

Le projet de Sophie Keraudren-Hartenberger s’inscrit dans la continuité d’une recherche menée entre Art et Science, qui consiste à faire se conjuguer des pratiques expérimentales artistiques et scientifiques afin de découvrir de nouveaux espaces sensoriels.
Une première exposition "Still snowing on Venus" avait été présentée au Laboratoire de Planétologie et Géodynamique en 2018, avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire.

La collaboration de Sophie Keraudren-Hartenberger et Benjamin Rondeau, minéralogiste, enseignant-chercheur à l'Université de Nantes, et Olivier Bourgeois, géomorphologue, professeur à l'Université de Nantes, a donné lieu à cette nouvelle exposition.

Certaines oeuvres ont été conçues dans l'atelier de lithopréparation avec l'aide de Laurent Lenta et les photos ont été réalisées au microscope numérique de très haute précision du LPG.

Ce projet a été soutenu par le Fonds Européen de Développement Régional, la Région Pays de la Loire, le CNES, le Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes Métropôle, le LPG (CNRS/Univ. Nantes/Univ. Angers), l'Université de Nantes, la Fonderie Lemer, Le Voyage à Nantes.